Journée mondiale contre le travail des enfants

12 juin 2023: Justice sociale pour tous, éliminons le travail des enfants !

L’Organisation internationale du Travail (OIT) a lancé la première Journée mondiale contre le travail des enfants en 2002 pour attirer l’attention sur le sort dramatique des enfants travailleurs. Observée le 12 juin, cette journée est destinée à servir de catalyseur au mouvement mondial grandissant contre le travail des enfants.
  1. Addresse du Directeur général de l'OIT

    Pour que la justice sociale soit accessible à tous, il faut mettre fin au travail des enfants

L'abolition du travail des enfants est une pierre angulaire de l'aspiration à la justice sociale, selon laquelle chaque travailleur peut librement revendiquer, à égalité de chances et de traitement, sa juste part de la richesse qu'il a contribué à générer.

Depuis 2000, pendant près de deux décennies, le monde a fait des progrès constants dans la réduction du travail des enfants. Mais ces dernières années, les conflits, les crises et la pandémie de VIH/sida ont plongé davantage de familles dans la pauvreté - et contraint des millions d'enfants supplémentaires à travailler. La croissance économique n'a pas été suffisante, et encore moins inclusive, pour alléger la pression exercée sur un trop grand nombre de familles et de communautés pour qu'elles recourent au travail des enfants. Aujourd'hui, 160 millions d'enfants travaillent toujours. Cela représente près d'un enfant sur dix dans le monde.

La situation du travail des enfants fait donc écho à l'absence de réponses satisfaisantes aux nombreux défis et changements qui affectent le monde du travail. L'écart grandissant entre les engagements et les réalisations concrètes a rendu l'action fragile, entraînant parfois un désengagement. Plus que jamais, il est urgent que nous contribuions tous à apporter des solutions aux problèmes quotidiens des gens, et que nous le fassions de manière plus efficace et plus cohérente.

Le travail des enfants est peut-être le plus visible de ces problèmes. Il est causé par la pauvreté et l'exclusion et les perpétue. Il prive les enfants d'éducation et d'opportunités et augmente la probabilité qu'ils ne gagnent pas un revenu décent et un emploi stable à l'âge adulte.
 
Il s'agit d'une injustice ressentie le plus souvent au niveau du ménage et de la famille : deux tiers des enfants qui travaillent le font en tant que membres auxiliaires de la famille. Mais il freine la croissance économique de pays entiers et peut être lié à l'augmentation des inégalités dans de nombreuses régions du monde. Il constitue une menace pour la cohésion sociale et le progrès humain.  

L'expérience cumulée de la lutte contre le travail des enfants au cours des trois dernières décennies a montré que le travail des enfants peut être éliminé si l'on s'attaque à ses causes profondes. Les mesures pour y remédier comprennent l'établissement et la mise en œuvre d'un cadre juridique solide fondé sur les normes internationales du travail et le dialogue social, l'accès universel à une éducation de qualité et à la protection sociale, ainsi que des mesures directes pour réduire la pauvreté, l'inégalité et l'insécurité économique, et pour promouvoir le travail décent pour les travailleurs adultes.  

Un événement parallèle de haut niveau sera organisé par l'OIT lors de la 111e session de la Conférence internationale du travail. La discussion portera sur le lien entre la justice sociale et l'élimination du travail des enfants. Les intervenants donneront un aperçu de quelques exemples de la manière dont les mandants de l'OIT ont respecté leurs engagements et comment ces derniers constituent des étapes importantes vers l'amélioration de la justice sociale.