Reportages

Décembre 2005

  1. La violence des ouragans Tandis que des experts débattent sur la sécurité de l'emploi, la nature nous rappelle qu'on ne peut tout prévoir

    1 décembre 2005

    Après le passage de l'ouragan Katrina, des milliers de sauveteurs ont mis leur vie en danger en essayant de porter secours aux victimes malades ou isolées de la côte américaine du Golfe du Mexique. Une leçon de choses pour les experts du XVIIe Congrès mondial sur la santé et la sécurité au travail, réunis pour examiner le problème des accidents du travail et des maladies professionnelles, qui va en s'aggravant mais dont l'OIT considère cependant qu'il n'est pas insoluble. Un reportage de Katherine Lomasney, du BIT.

  2. Se nourrir au travail: Révolutionner les menus

    1 décembre 2005

    Dans certaines régions du monde, les travailleurs font passer les préoccupations d'ordre pratique avant l'exigence de qualité lorsqu'ils se mettent en quête de nourriture au cours de leur journée de travail. De façon croissante, tous ceux qui ont le loisir d'accéder à une alimentation saine font le choix inverse tandis que les autres, faute de moyens, ne peuvent pas se procurer de la nourriture en quantité suffisante. Dans une nouvelle étude intitulée "Alimentation au travail", Christopher Wanjek analyse les conséquences de cette tendance sur la productivité à l'échelle mondiale - s'interrogeant sur les raisons pour lesquelles les employeurs, les gouvernements et les travailleurs eux-mêmes négligent cette question alors qu'ils gagneraient tant à s'y intéresser. Tout en présentant un large éventail de stratégies innovantes permettant l'accès à une alimentation à la fois saine et abordable, C. Wanjek montre comment les entreprises du monde entier peuvent espérer d'importantes retombées positives en terme de qualité, de productivité et également de moral des travailleurs. Un reportage d'Alicia Priest.

  3. Le renouveau des coopératives en Ethiopie

    1 décembre 2005

    Comme l'illustre le présent reportage, il n'y a pas que des histoires tragiques à raconter à propos de l'Ethiopie. En dépit d'une économie ruinée par quatorze ans de régime communiste et malgré le discrédit jeté sur les valeurs du mouvement coopératif, l'OIT est parvenue à jouer un rôle moteur dans la renaissance des coopératives dans le pays. Sam Mshiu décrit la situation à Addis-Abeba, où l'OIT a récemment installé son bureau régional pour l'Afrique.

Août 2005

  1. Comment l'OIT a fini par se doter d'un drapeau officiel

    1 août 2005

  2. L'après-AMF Le commerce mondial du textile à l'aube d'une nouvelle ère

    1 août 2005

    Pendant les six mois qui ont suivi la disparition du système de quotas qui avait été maintenu en vigueur après l'abolition de l'Accord multifibres (AMF), les interrogations concernant l'impact social et économique des nouvelles règles du jeu ainsi que leurs conséquences pour l'emploi dans le secteur du textile ont suscité bien des débats. La nouvelle donne va-t-elle créer ou supprimer des emplois dans les pays en transition, les pays en développement et les pays développés? Telle est la question à laquelle l'OIT s'efforcera de répondre en octobre 2005, dans le cadre d'une réunion où des délégués tripartites, attachés à la mise en œuvre d'une mondialisation équitable, essaieront de déceler les perspectives qui se profilent pour l'avenir.

  3. Le prix de l'or Le travail des enfants dans les petites industries extractives

    1 août 2005

    Cette année, la Journée mondiale contre le travail des enfants a attiré l'attention du monde sur la tragédie des enfants qui travaillent dans de petites exploitations minières et des carrières. Selon l'OIT, le nombre de ces enfants serait d'environ un million à travers le monde. Agés de 5 à 17 ans, ils travaillent durement dans des conditions dangereuses, ne vont pas à l'école et n'ont accès à aucun service de santé ni autres services de première nécessité. Des programmes pilotes actuellement mis en œuvre avec le concours de l'OIT et de ses partenaires visent à supprimer le travail des enfants en offrant aux populations locales la possibilité d'échapper à la précarité et d'envisager un avenir meilleur.

  4. La microfinance dans le sud-est de l'Europe: Comment les petites entreprises participent à la création d'emplois

    1 août 2005

    L'expérience des pays occidentaux montre que la microfinance, en facilitant la création de petites entreprises viables, peut être un précieux outil de lutte contre le chômage. L'OIT se propose de mettre cette expérience à profit dans trois pays du sud-est de l'Europe, par le biais d'un projet qui aide ces pays à faire de la microfinance l'un des leviers de leur politique de l'emploi. La mise en œuvre de ce projet cette année vient fort à propos puisque les Nations Unies ont proclamé 2005 Année internationale du microcrédit.

  5. Filles-soldats: La difficile réinsertion des combattantes libériennes

    1 août 2005

    Pendant l'atroce guerre civile qui a déchiré le Libéria, des milliers de femmes ont pris les armes car, pour elles, la seule alternative était: tuer ou être tuées. Aujourd'hui, la guerre est terminée mais certaines sont encore hantées par la peur et le sentiment d'insécurité. Leur expérience a aidé l'OIT à concevoir des mesures et des programmes adaptés aux difficultés spécifiques des femmes pour faciliter leur réinsertion dans la société. Un reportage de Irma Specht, consultante du BIT.

  6. Eduquer pour prévenir le VIH/sida sur le lieu de travail dans le nord de la Russie

    1 août 2005

    A Mourmansk, ville du nord de la Russie, un homme sur 100 et une femme sur 200, dans la tranche des 20-29 ans, sont séropositifs. A l'heure actuelle, 1 385 personnes sont inscrites au Centre régional de prévention et de lutte contre le sida. En décembre 2004, l'Organisation internationale du Travail et le ministère du Travail des Etats-Unis ont lancé un programme de formation à la prévention du VIH/sida dans le monde du travail.

  7. Nouveau rapport du BIT: Une alliance mondiale contre le travail forcé

    1 août 2005

    Le travail forcé appartient-il à une époque révolue? Une nouvelle étude du BIT, intitulée Une alliance mondiale contre le travail forcé, nous apprend que non seulement il existe encore de nos jours mais qu'il est aussi l'un des problèmes les moins connus de notre temps. Le BIT estime que, sur la planète, 12,3 millions de personnes, dont la moitié sont des enfants, en sont victimes. Cette étude, qui remet en question bien des idées reçues sur le sujet, devrait déclencher une mobilisation mondiale contre le travail forcé.