Evaluation de l'OIT

Plus de 60 pour cent des emplois ont été perdus à Gaza depuis le début du conflit actuel

L'OIT a publié son premier bulletin sur l'impact du conflit actuel entre Israël et le Hamas sur le marché du travail et les moyens de subsistance dans le territoire palestinien occupé.

Actualité | 6 novembre 2023
BEYROUTH (OIT Infos) - Au moins 61 pour cent des emplois, soit 182 000 emplois, ont été perdus dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre actuelle entre Israël et le Hamas, estime un nouveau rapport de l'OIT. Le conflit à Gaza a également des retombées en Cisjordanie, où l'on estime que 24 pour cent des emplois, soit 208 000 emplois, ont été perdus au cours de la même période.

Le nombre total d'emplois perdus dans les deux zones qui constituent le territoire palestinien occupé est estimé à 390 000, ce qui se traduit par des pertes de revenus journaliers du travail de 16 millions de dollars. Ces chiffres devraient augmenter si les opérations militaires à Gaza s'intensifient et si la crise humanitaire dans l'enclave continue de dégénérer.

Ces estimations ont été présentées dans le premier bulletin de l'OIT sur l'impact du conflit actuel entre Israël et le Hamas sur le marché du travail et les moyens de subsistance dans le territoire.

La crise humanitaire à Gaza a de graves répercussions sur le marché du travail, les perspectives d'emploi et les moyens de subsistance dans l'enclave et dans l'ensemble du territoire palestinien occupé, indique le bulletin.

"Notre première évaluation des répercussions de la tragique crise actuelle sur le marché du travail palestinien montre des résultats extrêmement inquiétants, qui ne feront que s'aggraver si le conflit se poursuit", a déclaré Ruba Jaradat, directrice régionale de l'OIT pour les Etats arabes.

"Les hostilités en cours ne représentent pas seulement une énorme crise humanitaire en termes de pertes de vies humaines et de besoins humains fondamentaux, elles représentent aussi une crise sociale et économique qui a causé d'énormes dommages aux emplois et aux entreprises, avec des répercussions qui se feront sentir pendant de nombreuses années à venir", a ajouté Mme Jaradat.

Elle a réitéré l'appel lancé par le Conseil d'administration de l’OIT lors de sa session d’automne pour permettre et faciliter au plus vite, conformément au droit international humanitaire, un accès humanitaire complet, rapide, sûr et sans entrave pour l'acheminement durable de l'aide humanitaire aux civils dans l'ensemble de la bande de Gaza.

"Nous travaillons sans relâche avec le gouvernement, les travailleurs et les employeurs partenaires, les autres agences des Nations unies et les acteurs humanitaires pour fournir une assistance immédiate aux travailleurs et aux entreprises touchés. Nous les aiderons également à plus long terme à collecter des informations vitales sur le marché du travail et à récupérer des emplois et des entreprises, en les associant à des initiatives de protection sociale, dans toute la mesure de notre mandat", a ajouté le directeur régional Jaradat.

Des quartiers entiers de Gaza ontété détruits, les infrastructures ont été gravement endommagées, les entreprises ont fermé, des déplacements internes à grande échelle ont eu lieu et le manque d'eau, de nourriture et de carburant paralyse l'activité économique, note le bulletin.

Même avant le conflit actuel, la situation dans l'enclave de Gaza sous blocus était particulièrement désastreuse. Les Gazaouis sont depuis longtemps confrontés à des taux élevés de pauvreté, de vulnérabilité et à l'un des taux de chômage les plus élevés au monde, qui s'élevait à 46,4 pour cent au deuxième trimestre 2023.

L'OIT a préparé un programme de réponse en trois phases pour faire face à l'impact de la crise sur le marché du travail et les moyens de subsistance des Palestiniens. La première phase, qui est déjà en cours, se concentre sur les travaux de secours. Elle consiste à fournir une assistance immédiate aux travailleurs palestiniens, notamment par le biais de programmes d'aide d'urgence aux moyens de subsistance. Ces travailleurs sont notamment des habitants de Gaza qui, ayant perdu leur emploi en Israël à la suite du déclenchement du conflit actuel, sont bloqués en Cisjordanie.

L'OIT a mobilisé ses ressources internes et a déjà affecté environ 1,1 million de dollars américains à des interventions d'aide d'urgence et à la collecte de données préliminaires. Elle travaille également à l'allocation de ressources internes supplémentaires pour mettre en œuvre son plan de réponse.

La deuxième étape - ou phase d'examen - comprend la collecte de données et l'analyse d'impact afin d'aider à planifier, prioriser et affiner les interventions. Enfin, la phase de reprise se concentrera sur la création d'emplois par le biais d'une reprise des infrastructures à forte intensité d'emploi et d'autres moyens, ainsi que sur les mesures de protection sociale et la reprise des emplois et des entreprises.

L'OIT s'apprête à organiser une réunion pour les partenaires du développement en marge de la 349e session du conseil d'administration. Cette réunion verra le lancement d'un appel de 20 millions de dollars US pour financer la mise en œuvre de l'ensemble du plan de réponse en trois phases de l'OIT.

Le bulletin a été préparé par l'OIT en partenariat avec le Bureau central palestinien des statistiques (PCBS), sur la base de données provenant principalement de l'enquête sur la main-d'œuvre du PCBS. L'OIT et le PCBS ont mis en place un Observatoire du marché du travail pour suivre l'évolution des indicateurs du marché du travail palestinien au fur et à mesure de l'évolution de la situation et publier d'autres bulletins sur une base mensuelle.