Histoires d’impact

2005

  1. 93ème Conférence internationale du Travail Arménie: pas de travail décent sans sécurité au travail

    22 juin 2005

    En Arménie, depuis l'effondrement de l'Union soviétique, on assiste à une détérioration constante de la situation en matière de sécurité au travail. Il est vrai que beaucoup de pays en transition sont dans le même cas, mais l'Arménie a commencé à faire le nécessaire pour promouvoir la sécurité et la santé au travail. Ce thème était également à l'ordre du jour de la Conférence internationale du Travail, qui a prévu à cet effet l'élaboration d'un nouveau cadre de promotion, ce par le biais d'une convention complétée par une recommandation. L'élaboration de programmes nationaux de sécurité et de santé au travail et l'amélioration constante des systèmes nationaux dans ce domaine seraient au cœur même de cette nouvelle convention.

  2. 93ème Conférence internationale du Travail L'Azerbaïdjan montre l'exemple en matière de travail décent pour les jeunes

    21 juin 2005

    Les délégués à la Conférence internationale du Travail se sont penchés sur le problème du chômage des jeunes, qui a atteint des niveaux record ces dernières années. En Azerbaïdjan, 69 pour cent des chômeurs sont des jeunes. Olga Bogdanova, du bureau de l'OIT à Moscou, s'est rendue à Bakou pour examiner la situation de l'emploi des jeunes en Azerbaïdjan.

  3. 93ème Conférence internationale du Travail Foire de la connaissance de l'OIT: unir travailleurs et employeurs pour relever les défis de l'économie informelle

    17 juin 2005

    Les récentes campagnes menées pour éradiquer la pauvreté ont montré qu'une cause commune unissait les peuples du monde: en marge de la Conférence annuelle de l'Organisation internationale du Travail, une foire de la connaissance, parrainée par le Secrétariat de l'OIT avec le soutien financier du Département britannique pour le développement international (DFID) a permis d'intéressantes rencontres. Peu après l'ouverture de la foire, un leader syndical mexicain a fait un rapport chaleureux sur les préoccupations communes échangées avec un leader syndical camerounais, en dépit de leur incapacité à parler couramment la langue de l'autre. Comment ont-ils franchi le fossé linguistique qui les séparait? Leur volonté d'atteindre le même objectif: la protection sociale et les droits des travailleurs hors de l'économie formelle. La manifestation a mis en exergue l'importance de l'action menée en faveur du travail décent et de l'économie informelle pour le combat contre la pauvreté. Au cours d'une table ronde tenue le 13 juin, employeurs et travailleurs ont insisté sur la nécessité de se pencher sur les causes de "l'informalité". Ils ont signifié leur engagement en faveur de la création d'emplois et de la protection sociale, tout en assurant, partout là où l'homme travaille, le respect de ses droits fondamentaux.

  4. 93ème Conférence internationale du Travail Travail forcé en Fédération de Russie: construire des dachas à Stavropol

    16 juin 2005

    La semaine dernière, les délégués de la Conférence internationale du Travail se sont également penchés sur le rapport global de l'OIT sur le travail forcé, dans le cadre d'un forum spécial. Selon le rapport, aucun pays n'est à l'abri du travail forcé. C'est notamment le cas de la Russie où l'économie souterraine représente un important gisement de pratiques illégales d'exploitation et un problème préoccupant. Cette économie emploie quelque 10 millions de personnes et représente 22 pour cent du PIB. Olga Bogdanova, du Bureau de l'OIT à Moscou, décrit la situation en Fédération de Russie.

  5. JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE TRAVAIL DES ENFANTS 2005 "Kopankas" en Ukraine: des milliers d'enfants dans des mines "sauvages"

    14 juin 2005

    La Journée mondiale contre le travail des enfants concentre cette année son attention sur l'emploi des enfants dans les mines et les carrières. L'OIT estime qu'un dixième des 13 millions de travailleurs employés, de par le monde, dans de petites exploitations minières et des carrières n'ont que 5 à 17 ans. En Ukraine, on dénombre plus de 800 mines de charbon illégalement exploitées où les enfants sont souvent contraints aux mêmes tâches que les adultes. BIT en ligne fait ci-dessous le récit de la vie quotidienne dans les communautés minières du district ukrainien de Donbass.

  6. 93ème Conférence internationale du Travail Le temps de travail dans le monde: en quête d'un équilibre entre flexibilité et protection

    13 juin 2005

    A l'ère des bureaux virtuels, du travail à domicile et de l'internationalisation du commerce, les normes internationales du travail sur le temps de travail sont-elles encore nécessaires? Oui, selon une étude préparée par une commission d'experts et de délégués présents lors de la Conférence annuelle de l'OIT. La commission, organe indépendant chargé du contrôle de l'application des normes de l'OIT, a conclu que l'existence - toujours nécessaire - de normes internationales établissant des limites à la durée du travail contribuent à l'instauration de conditions permettant une concurrence loyale entre les pays dans une économie mondialisée. De plus, il est également clair que les conventions n° 1 et n° 30 de l'OIT ne répondent plus pleinement aux réalités du monde moderne en matière de régulation du temps de travail et sont perçues par un nombre croissant de pays comme prescrivant des normes trop rigides. Une assemblée de délégués de la Conférence a récemment discuté au sujet de la diversification, de la décentralisation et de l'individualisation du temps de travail dans le monde.

  7. JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE TRAVAIL DES ENFANTS 2005 Piocher pour survivre: La dure réalité des enfants de la mine

    9 juin 2005

    250 millions d'enfants travaillent la terre dans le monde et plus d'un million d'entre eux, estime l'Organisation internationale du Travail, sont employés dans les mines et les carrières. Aux termes de la convention n° 182 de l'OIT, cette activité est considérée comme l'une des pires formes du travail des enfants, les exposant à de sérieux risques professionnels et les privant souvent des libertés fondamentales. L'OIT estime pourtant que le problème posé par l'emploi des enfants dans les mines et les carrières peut trouver solution.

  8. 93ème Conférence internationale du Travail Travail des jeunes: les voies pour promouvoir l'emploi décent et productif

    2 juin 2005

    660 millions de jeunes seront au travail ou à la recherche d'un emploi en 2015, en augmentation de 7,5 pour cent par rapport à 2003, et l'offre d'emplois décents devra s'accroître de manière substantielle pour relever ce défi. Entre 2003 et 2015, le nombre de jeunes demandeurs d'emploi aura cru de manière particulière dans l'Afrique sub-saharienne (28 pour cent) et en Asie du sud (15 pour cent). Aider les jeunes à trouver de nouvelles voies vers l'emploi sera, cette année, un des thèmes de discussion de la Conférence internationale du Travail.

  9. La lutte contre le travail forcé en Amérique latine

    18 mai 2005

    Selon les estimations du BIT, 1,3 million de personnes sont victimes du travail forcé en Amérique latine et dans les Caraïbes. Le Brésil est à la pointe du combat contre le "travail-esclave" grâce à un Plan national d'action pour l'éradication de l'esclavage qui comporte notamment la libération de travailleurs forcés et des mesures pour mettre fin à l'impunité. En 2004, d'autres pays de la région comme la Bolivie et le Pérou ont également mené des actions importantes pour en finir avec le travail forcé.

  10. Rapport global sur le travail forcé La servitude pour dettes, le trafic de main-d'œuvre et le travail forcé imposé par l'Etat dans les pays d'Asie

    18 mai 2005

    Sur les 12,3 millions de victimes du travail forcé que l'on dénombre dans le monde ( Note 1), la grande majorité, soit environ 9,5 millions de personnes, vivent en Asie. Les pays asiatiques sont en effet confrontés à la fois aux formes traditionnelles et aux formes modernes de ce fléau. Ainsi, 8,1 millions d'asiatiques sont piégés dans des situations de travail forcé qui n'ont rien à voir avec les réseaux de trafic de main-d'œuvre, puisqu'il s'agit principalement de personnes maintenues en état de servitude pour dettes. Il existe également en Asie des pays comme le Myanmar où c'est l'Etat lui-même qui impose le travail forcé aux habitants. "BIT en ligne" se penche sur la tragique réalité du travail forcé dans les pays asiatiques.