Notre impact, leur histoire

Après le tremblement de terre: les projets de l'OIT contribuent à la reconstruction de la Syrie

L'Organisation internationale du Travail (OIT) aide les communautés de la ville d'Alep à se reconstruire après le tremblement de terre de 2023.

Article | 6 février 2024
ALEPPO (OIT Infos) – Un an s'est écoulé depuis que des tremblements de terre dévastateurs ont frappé le sud et le centre de la Türkiye et le nord de la Syrie, laissant de profondes cicatrices sur le paysage de la région et ses habitants. En Syrie, ces tremblements de terre ont aggravé les problèmes existants causés par plus de 12 ans de conflit, créant ce qui ne peut être décrit que comme une «crise dans la crise».

L'OIT a été l'une des premières agences des Nations Unies à se rendre dans les zones sinistrées de la ville d'Alep, au nord du pays, pour évaluer les dégâts et lancer des projets de relèvement rapide, tels que l'enlèvement des décombres et la remise en état des écoles. L'OIT a employé des Syriens dans ces projets, comme Latifa Mohammad, 23 ans, une jeune architecte qui luttait pour trouver un emploi décent, et Ahmad Rukbi, qui a des besoins spéciaux et a toujours lutté pour trouver un emploi afin de subvenir aux besoins de ses trois jeunes enfants.

Les tremblements de terre ont profondément changé la vie de Latifa et d'Ahmad, 26 ans.

Latifa se souvient de la nuit du tremblement de terre, où elle et sa famille dormaient et se sont réveillées en sentant le sol trembler sous leurs pieds. Elle n'aurait jamais pensé que deux mois plus tard, elle trouverait un emploi dans le cadre du projet d'enlèvement des débris de l'OIT. Engagée comme ingénieur de chantier, Latifa a acquis une expérience professionnelle inestimable sur le terrain. Cette expérience l'a aidée à obtenir un poste d'assistante de sécurité auprès d'une ONG internationale.


Ahmad Rukbi, malgré d'importantes difficultés de communication dues à ses besoins particuliers, a défié les pronostics et brisé les barrières. La nuit du tremblement de terre, Ahmad et sa famille ont été contraints de passer quelques jours dans la rue. N'ayant nulle part où aller, Ahmad a décidé de retourner chez lui, même si le bâtiment était endommagé. Il était reconnaissant d'avoir survécu avec sa famille, mais il a continué à lutter pour subvenir à leurs besoins. Jusqu'à ce qu'il commence à travailler pour un projet de l'OIT pendant 50 jours d'affilés, la durée la plus longue qu'il ait jamais pu travailler au même endroit.


L'histoire d'Ahmad montre l'impact de l'intégration et de l'autonomisation. Celle de Latifa est celle d’une jeune femme faisant face aux défis. Tous deux montrent que les opportunités peuvent profondément façonner les vies et insuffler l'espoir d'un avenir meilleur.