Le marché du travail européen est plus exposé que la moyenne aux risques de la crise en termes d'impact sur l'emploi

Lors d'une conférence en ligne organisée par Eurocities, Steven Kapsos, chef de l'unité de production et d'analyse des données de l'OIT, a présenté l'évaluation de l'OIT concernant l'impact de la pandémie mondiale sur le monde du travail.

Actualité | 12 mai 2020
L'OIT estime que 305 millions d'emplois seront perdus au cours du deuxième trimestre (Q2) de 2020 en raison de la pandémie COVID-19. L'impact global en Europe a été supérieur à la moyenne, avec environ 13 pour cent du nombre total d'heures de travail perdues au cours du deuxième trimestre.

Quatre secteurs sont particulièrement touchés par la crise, en termes de fermetures de lieux de travail et de pertes d'emplois: le commerce de détail, l'industrie manufacturière, l'hébergement et les services de restauration, et l'immobilier et autres activités commerciales.

Au total, 1,25 milliard de travailleurs (soit environ 38 pour cent de la population active mondiale) travaillent dans ces secteurs. Il est significatif qu'en Europe, ces secteurs représentent 50 pour cent de l'ensemble des emplois, de sorte que le marché du travail européen dans son ensemble est exposé à un risque supérieur à la moyenne en termes d'impact sur l'emploi du fait de la crise actuelle.

Environ 47 millions d'entreprises opèrent dans les secteurs les plus touchés. Nombre d'entre elles sont des petites entreprises de moins de dix employés et sont confrontées aux plus grands risques d'une interruption brutale de leurs revenus.

"Nous avons déjà vu de très fortes mesures de relance mises en place dans de nombreux pays, mais la coordination internationale a fait défaut et il s'agit probablement d'une situation qui nécessitera des mesures de relance permanentes qui évolueront avec le temps", a déclaré M. Kapsos.

Les gouvernements devraient explorer toutes les options pour financer des mesures qui soutiennent les entreprises et leurs travailleurs, fournissent une protection sociale adéquate et ciblent les plus vulnérables - y compris les petites entreprises et les travailleurs de l'économie informelle.

Il est important d'agir rapidement : simplifier les procédures d'accès aux allocations de chômage, étendre le soutien aux travailleurs indépendants et permettre aux entreprises, en particulier les petites entreprises et celles de l'économie informelle, d'obtenir plus facilement des crédits et des garanties de prêts. Les politiques doivent se concentrer sur l'octroi d'une aide au revenu pour les entreprises afin de maintenir les salaires.

Les investissements dans la sécurité et la santé au travail sont plus importants que jamais, a-t-il ajouté. "Bien sûr pour les travailleurs de la santé en première ligne, mais aussi pour de nombreux autres types de travailleurs qui sont devenus des héros - caissiers de supermarché, pharmaciens, livreurs, éboueurs et tant d'autres qui sont soudainement confrontés à un nouveau et grave risque pour la santé au travail chaque jour où ils travaillent", a-t-il conclu.