Responsabilité sociale des entreprises (RSE) et travail des enfants

Les entreprises sont de plus en plus concernées par le travail des enfants au sein de leurs chaînes de production: elles le considèrent comme incompatible avec les valeurs d’une entreprise, il nuit à leur image, à leur capacité à recruter et à retenir les meilleurs employés mais également à la viabilité des chaînes de production. Les enfants travailleurs se trouvent dans toutes les étapes de la chaîne de production, y compris dans l’agriculture, la fabrication et la vente au détail.

La Section de dialogue social de l’IPEC soutient les efforts des entreprises pour réduire le travail des enfants et mieux respecter les normes de l’OIT sur le travail des enfants, à savoir , la Convention n° 138 sur l’âge minimum et la Convention n° 182 sur les pires formes de travail des enfants. Son soutien se traduit par un appui apporté aux différentes parties mandantes de la Plate-forme sur le travail des enfants et d’autres groupes pertinents; par un Partenariat public-privé visant à lutter contre le travail des enfants dans les chaînes de production et à renforcer la capacité des mandants de l’OIT); mais également par la recherche et par des projets spécialisés, notamment l’élaboration d’orientations destinées aux entreprises qui utilisent les «Principes directeurs sur les entreprises et les droits de l’homme» des Nations-Unies comme outil pour garantir qu’elles respectent les droits de l’enfant d’être libres du travail des enfants, comme stipulé dans les Conventions de l’OIT.

Plate-forme sur le travail des enfants

La Plate-forme sur le travail des enfants, créée en 2010 lors de la Conférence mondiale de la Haye sur le travail des enfants, est un forum de partage de connaissances composé par des entreprises membres afin d’échanger et d’apprendre différentes approches de lutte contre le travail des enfants dans les chaînes d’approvisionnement.

Outil d’orientation sur le cadre de référence «protéger, respecter et réparer» des Nations Unies et le travail des enfants

Suite à l’approbation par le Conseil des droits de l’homme des Nations-Unies des «Principes directeurs sur les entreprises et les droits de l’homme» en juin 2011, l’OIT et l’Organisation Internationales des Employeurs (OIE) ont lancé le projet «Outil d'orientation sur la manière de faire des affaires dans le respect des droits des enfants d'être libres du travail des enfants» afin de fournir des orientations sur la façon dont les entreprises peuvent prévenir et éradiquer le travail des enfants, que ce soit au sein de leurs propres opérations ou dans leurs chaînes de production, grâce à des politiques appropriées, à une diligence efficace et à des processus d’éradication.

Faits marquants

  1. Image

    Cover Image : Outil d'orientation du BIT et l'OIE sur le travail des enfants à l'intention des entreprises

    1 juin 2016

  2. Matériel didactique

    Comment faire des affaires tout en respectant le droit des enfants à ne pas être astreints au travail des enfants: Outil d'orientation du BIT et l'OIE sur le travail des enfants à l'intention des entreprises

    1 juin 2016

    Ce guide vise à améliorer la gouvernance des chaînes de production mondiales, des processus de diligence requise et des mesures correctives en la matière afin de soutenir la progression de l'élimination du travail des enfants.

  3. Publication

    Activités de Coopération Technique pour Lutter contre le Travail des Enfants dans la Communauté des Pays de Langue Portugaise (CPLP) en Afrique, au Brésil et au Timor-Leste

    26 février 2016

    Dans le cadre de ce programme, la Caixa Geral de Depósitos (CGD) a convenu avec le bureau de l’OIT de Lisbonne, en 2010, de financer les activités de coopération technique destinées à lutter contre le travail des enfants dans la CPLP. Sa contribution a permis de cofinancer d’autres activités liées à l’IPEC dans les pays de la Communauté. L’objectif poursuivi consistait à garantir une plus grande cohérence entre les plans nationaux et les mécanismes de dialogue social dans la lutte contre le travail des enfants ainsi que de veiller au partage des bonnes pratiques.