Principaux domaines d’action en matière de migration de main-d’œuvre

  1. Migration économique: Conseils aux journalistes

    Bien trop souvent, la xénophobie à l’encontre des travailleurs migrants est alimentée par des attitudes populistes qui sont en total décalage avec la réalité du terrain. Volontairement ou non, les médias contribuent parfois à la construction d’un discours déséquilibré sur les migrations, y compris les migrations de main-d’œuvre. Des reportages inexacts et biaisés dans les médias peuvent mener à à la désinformation et, au pire, engendrer des discriminations et des traitements injustes.

  2. Migration en situation de crise

    Les mouvements de population, qu’ils soient légaux ou illégaux, prennent de l’ampleur à l’échelle mondiale et vont continuer de figurer en tête des priorités politiques à l’ordre du jour dans un avenir proche. La multiplication des crises dans le monde alimente le phénomène, obligeant les personnes à se déplacer à l’intérieur des pays comme au-delà des frontières. Que la raison du départ ait d’abord de rechercher de meilleures conditions de vie ou de fuir la guerre, le travail devient en fin de compte un enjeu essentiel pour tous les migrants. Le besoin de justice sociale devient encore plus crucial en période d’urgence, tout comme l’intervention de l’OIT, et requiert un cadre mieux coordonné, plus cohérent et efficace pour les migrations de crise.

  3. Migration et développement

    Le désir humain de chercher un emploi décent et un niveau de vie convenable est au cœur du lien entre migration et développement. Au cours des prochaines années, davantage de personnes vont franchir une frontière pour aller travailler, nous aurons donc besoin de politiques migratoires internationales qui protègent les droits de travailleurs migrants pour pouvoir générer de la croissance économique.

  4. Mesurer l’impact des migrations

    La circulation des travailleurs au-delà des frontières a de multiples effets sur les pays d’origine et de destination des migrants, et les expériences migratoires de ces travailleurs sont extrêmement diverses. La protection des intérêts des travailleurs quand ils sont employés dans un pays autre que le leur – selon la Constitution de l’OIT – ne sera possible que si nous sommes suffisamment informés de ce qui marche, où et pourquoi.

  5. La protection sociale des travailleurs migrants

    Les travailleurs migrants sont particulièrement vulnérables et exposés à certains risques. Toutefois, ils comptent parmi les plus négligés lorsqu’il s’agit de couverture et d’accès à la protection sociale. Le service MIGRANT plaide pour une extension effective des instruments de protection sociale aux travailleurs migrants et collabore avec ses mandants et ses partenaires pour y parvenir.

  6. Compétences et migration

    Il est important de concevoir et mettre en œuvre de solides systèmes d’information sur le marché du travail, y compris une évaluation fine des besoins du marché du travail et une anticipation des compétences requises, et de mettre en place des processus de reconnaissance des qualifications si l’on veut prévenir le gaspillage des cerveaux et la déqualification, une mauvaise intégration sur le marché du travail et la détérioration des conditions de travail pour tous les travailleurs. L’OIT a notamment permis de renforcer les capacités des services d’accompagnement des demandeurs d’emploi, y compris les candidats à l’expatriation et les rapatriés, d’analyser le fonctionnement des agences de recrutement privées; elle a contribué à améliorer l’identification des compétences et leur adéquation aux besoins dans les politiques nationales en matière d’emploi et de migration.

  7. Tripartisme et migration

    Par nature, la migration de main-d’œuvre touche aux politiques d’ensemble du marché du travail et à des domaines d’action spécifiques comme les droits des travailleurs, le développement et la reconnaissance des compétences, la création d’emplois, l’éducation et la formation professionnelle, ainsi que la protection sociale. Principaux intervenants dans l’embauche des travailleurs migrants et représentants des travailleurs migrants comme des travailleurs nationaux, les organisations d’employeurs et de travailleurs ont des points de vue à prendre en compte pour élaborer et mettre en œuvre des politiques migratoires crédibles, viables et durables.

  8. Travailleurs domestiques migrants

    Le lien entre travail domestique et migration internationale de main-d’œuvre féminine est dûment établi. La demande croissante des ménages pour des services domestiques est considérée comme l’un des principaux facteurs à l’origine de la féminisation des migrations de main-d’œuvre que l’on a pu observer ces dix dernières années.

  9. Statistiques sur la migration de main-d’œuvre

    La main-d’œuvre d’un pays constitue l’une de ses principales ressources. A l’heure où les populations augmentent et que les taux d’activité diminuent dans les pays riches, et où la demande de main-d’œuvre s’accroît sur les marchés du travail mondialisés, l’influence des migrations de main-d’œuvre sur la taille et la composition de la force de travail d’un pays est indéniablement de plus en plus visible. Bien comprendre les caractéristiques de la main-d’œuvre (compétences, professions, conditions de travail, etc.) est indispensable quand on veut élaborer des politiques de marché du travail efficaces mais aussi pour promouvoir des politiques inclusives et équitables en matière économique, sociale et migratoire.

  10. Migrations de main-d’œuvre et envois de fonds

    Les envois de fonds des travailleurs migrants sont les revenus individuels envoyés par les migrants à leurs familles ou communautés. Ils servent avant tout à financer la nourriture, l’éducation, l’amélioration de l’habitat et les soins de santé. Ces transferts de fonds sont l’expression de la solidarité des travailleurs migrants à l’égard de leurs familles et communautés. En tant que ressource financière autonome et privée qui franchit les frontières, ces fonds peuvent aussi être déterminants pour transformer les bénéfices de la migration de main-d’œuvre en développement.