Soins pour les malades du VIH/SIDA

Même si les traitements antirétroviraux pour les personnes porteuses du VIH sont devenus plus accessibles, près de la moitié des malades n’y ont toujours pas accès. Les nouveaux cas de contamination par le VIH diminuent, mais cette baisse n’est pas suffisamment rapide, en raison de la progression alarmante des nouvelles contaminations dans certaines régions, notamment en Europe de l'Est et en Asie centrale.

Le SIDA est la principale cause de décès des femmes âgées de 30 à 49 ans dans le monde. La stigmatisation et la discrimination restent les principaux obstacles auxquels se heurtent les malades qui demandent des soins de santé, recherchent un emploi, ou souhaitent obtenir d'autres services.

Alors que les systèmes de santé publique s'efforcent de maintenir les personnes atteintes du VIH sous traitement antirétroviral, les infections opportunistes associées, y compris la tuberculose, font peser une charge supplémentaire sur les systèmes de santé de plusieurs pays, déjà surchargés. Les personnes atteintes du VIH doivent également être prises en charge à domicile. L’essentiel des soins repose alors sur les épaules des femmes et des filles, compte tenu de leur rôle traditionnel au sein du foyer. Cela a non seulement pour effet d’alourdir leur charge de travail, mais aussi de nuire à leurs autres rôles essentiels – production, reproduction et action au sein de la collectivité. Ainsi, elles sont parfois contraintes de quitter leur travail rémunéré, ou d’abandonner leurs études, pour s'occuper de parents malades.

La pandémie du VIH/SIDA est devenue l'un des enjeux cruciaux de notre époque en matière de travail. Outre son impact dévastateur sur les travailleurs des deux sexes, ainsi que sur leur famille et leurs personnes à charge, le VIH touche le monde du travail de nombreuses façons. La stigmatisation et la discrimination à l'égard des personnes atteintes du VIH/SIDA menacent les droits fondamentaux des travailleurs, et les empêchent d'obtenir un travail décent et un emploi durable.

En partenariat avec ses mandants, ONUSIDA et ses co-parrains, les donateurs, les malades atteints du VIH et les autres acteurs concernés, l'OIT s'emploie à renforcer la lutte mondiale contre le VIH/SIDA, afin de protéger les travailleurs contre la contamination, et de faciliter leur accès aux services de prévention, de traitement et de soutien.