Saint-Kitts-et-Nevis ratifie la convention du travail maritime, 2006 (MLC, 2006)

Saint-Kitts-et-Nevis devient le 24ème État membre de l’OIT à ratifier cette convention historique.

Actualité | 28 février 2012

GENÈVE (Nouvelles du BIT) – Le 21 février 2012, le gouvernement de Saint-Kitts-et-Nevis a déposé auprès du Bureau international du Travail l'instrument de ratification de la convention du travail maritime, 2006 (MLC, 2006). Saint-Kitts-et-Nevis devient ainsi le 24ème État membre de l’OIT à ratifier cette convention historique, qui vise à promouvoir des conditions de travail et de vie décentes pour les gens de mer tout en créant des conditions de concurrence loyale pour les armateurs.

En se félicitant de cette ratification, Mme Doumbia-Henry, directrice du Département des normes internationales du travail, a déclaré: « Aujourd'hui, à la veille du sixième anniversaire de l'adoption de cette convention historique sur le travail maritime, c’est avec grand plaisir que je reçois un nouvel instrument de ratification d'une nation insulaire des Caraïbes. En effet, la ratification de la MLC, 2006 par Saint-Kitts-et-Nevis fait suite à celles d'Antigua et Barbuda, des Bahamas et de Saint-Vincent-et-les Grenadines, faisant ainsi des Caraïbes l'une des principales régions du monde à contribuer aux efforts menés à l’échelle internationale en vue d’une ratification étendue et d’une mise en œuvre effective de la convention. »

En communiquant l'instrument de ratification, l'honorable Sam T. Condor, ministre des Affaires étrangères, de la Sécurité intérieure, du Travail et de la Sécurité sociale, a déclaré: «La Fédération de Saint-Kitts-et-Nevis est un Etat du pavillon depuis 2005. Environ 1000 navires sont immatriculés sur son registre et, en ratifiant cette importante convention, la Fédération de Saint-Kitts-et-Nevis signale au reste de la communauté maritime internationale qu'elle s'engage à s'acquitter de ses obligations en tant qu'État du pavillon responsable. En conséquence, le gouvernement de Saint-Kitts-et-Nevis s'engage à établir le cadre législatif nécessaire et à appuyer et faire respecter tous les principes consacrés dans la convention du travail maritime, 2006. »

La ratification de la MLC, 2006, par Saint-Kitts-et-Nevis porte à 24 le nombre d’Etats membres de l’OIT, représentant plus de 56 pour cent du tonnage brut mondial des navires, qui ont ratifié cette convention. Sept nouvelles ratifications ont été enregistrées au cours des six derniers mois et il est prévu que les sept autres ratifications requises pour son entrée en vigueur soient enregistrées dans un très proche avenir, ce qui permettrait à la MLC, 2006 d’entrer en vigueur au début de l’année 2013.