Bulletin de l'OIT

Le taux de chômage palestinien devrait presque doubler en comparaison annuelle avec l'escalade des hostilités à Gaza

L'Organisation internationale du Travail et le Bureau central palestinien des statistiques estiment que les hostilités en cours ont fait disparaître au moins 66 pour cent des emplois dans la bande de Gaza.

Actualité | 20 décembre 2023
©UNICEF/UNI488770/Al-Qattaa
BEYROUTH (OIT Infos) - Au moins 66 pour cent des emplois ont été perdus à Gaza depuis le début des hostilités le 7 octobre, ce qui équivaut à 192 000 emplois, indiquent les estimations révisées de l’OIT et du Bureau central palestinien des statistiques (BCPS) dans leur deuxième bulletin.

La poursuite des hostilités a également un impact croissant sur les conditions économiques en Cisjordanie, où les estimations révisées indiquent maintenant qu'environ 32 pour cent des emplois ont été perdus depuis le 7 octobre, ce qui équivaut à 276 000 emplois.

Au total, on estime que 468 000 emplois auront été perdus dans le Territoire palestinien occupé (TPO) au 30 novembre 2023, ce qui dépasse l'estimation précédente de l'OIT et du PCBS de 390 000 emplois qui devraient être perdus en raison des hostilités en cours.

Ces pertes d'emplois se traduisent par des pertes de revenus journaliers de 20,5 millions de dollars US, estime le deuxième bulletin sur l'impact de l'escalade des hostilités à Gaza sur le marché du travail et les moyens de subsistance dans le TPO.

Le bulletin prévoit que le taux de chômage dans le TPO passera de 24 % au quatrième trimestre 2022 à 46,1 % au quatrième trimestre 2023, ce qui ne manquera pas d'aggraver la situation humanitaire et économique déjà dévastatrice, en particulier à Gaza.

"Les Palestiniens de Gaza sont au cœur d'une catastrophe humanitaire aux proportions épiques", a déclaré la Directrice régionale de l'OIT pour les Etats arabes, Ruba Jaradat. "Les répercussions sur la vie et les moyens de subsistance des communautés touchées sont sans précédent dans le territoire palestinien occupé. L'impact économique, social et de développement a également de graves implications en cascade pour le marché du travail, non seulement à Gaza mais aussi en Cisjordanie", a déclaré Mme Jaradat.

"La guerre en cours a eu un impact significatif sur tous les aspects de la vie, entraînant une crise humanitaire, sociale et économique", a déclaré Ola Awad, président du PCBS.

"La crise a provoqué une énorme distorsion dans la structure économique palestinienne. Le taux de chômage dans la bande de Gaza dépasse désormais les trois quarts de la population active, et environ un tiers de la population active de Cisjordanie est au chômage, atteignant ainsi le niveau de chômage le plus élevé depuis des décennies", a ajouté M. Awad.

L'escalade des hostilités a entraîné une pénurie de produits de première nécessité pour la population de Gaza.

"Les Palestiniens de Gaza sont confrontés à de graves pénuries de nourriture, d'eau et d'abris, ce qui a entraîné une destruction presque complète du cycle économique et fait perdre à l'économie palestinienne plus d'un tiers de sa base de production", a expliqué M. Awad.

Le bulletin prévoit que l'emploi diminuera dans tous les secteurs économiques, à l'exception du secteur agricole, où l'emploi devrait rester stable et fournir un effet d'amortissement de la perte d'emploi dans les autres secteurs.

Cependant, un processus de remplacement semble se mettre en place dans ce secteur, où l'augmentation du chômage des hommes pousse les femmes à quitter leurs emplois agricoles.

L'OIT met en œuvre un programme de réponse en trois phases dans le Territoire Palestinien Occupé, destiné à fournir à la fois une aide immédiate et une assistance à plus long terme pour atténuer les effets de la crise sur des centaines de milliers de travailleurs et d'employeurs palestiniens touchés.

L'OIT a lancé un appel de 20 millions de dollars américains pour financer la mise en œuvre de l'ensemble de son plan de réponse en trois phases.

Même avant le conflit actuel, la situation dans l'enclave de Gaza sous blocus était particulièrement désastreuse. Les habitants de Gaza sont depuis longtemps confrontés à des taux de pauvreté et de vulnérabilité élevés et à l'un des taux de chômage les plus élevés au monde.

"L'escalade des hostilités à Gaza ne fait pas qu'exacerber les problèmes préexistants, elle a entraîné une destruction profonde de tous les aspects de la vie dans la bande de Gaza, la rendant pratiquement inhabitable", note le bulletin.