Prendre en compte la violence sexiste et les vulnérabilités au VIH des travailleurs migrants indonésiens et leurs familles

    Mécanisme de financement: Fonds d'accélération programmatique (FAP), ONUSIDA

    Budget du projet:
    72 760 dollars des Etats-Unis

    Impliquer davantage le gouvernement indonésien et les autres parties prenantes et renforcer leurs capacités:

    1. pour prendre en compte la violence sexiste et les vulnérabilités au VIH des travailleurs migrants indonésiens en élaborant les politiques idoines et en intégrant systématiquement la question du genre aux cadres politiques existants;

    2. afin de mettre en œuvre efficacement les politiques existantes sur l’intégration systématique de la question du genre aux cadres politiques pour le placement et la protection des travailleurs migrants.

Activités principales


    L’Indonésie est le deuxième exportateur mondial de main-d’œuvre; en 2009, on estimait que 4,3 millions d’Indonésiens travaillaient à l’étranger et que 700 000 quittaient leur pays chaque année. En raison de leur statut juridique précaire et de l’absence de protection, les travailleurs migrants, hommes ou femmes, sont exposés à la violence sexiste et à d’autres types de violence et d’exploitation qui augmentent leur vulnérabilité au VIH. De multiples facteurs concourent à cette vulnérabilité: absence de protection sociale, de connaissances sur le VIH et de sensibilisation au virus, emploi, séparation prolongée d’avec le conjoint et la famille et stigmatisation liée au VIH. Le projet s’appuie sur les bons résultats obtenus en matière de sensibilisation et de renforcement des capacités des parties prenantes et des prestataires de services sur les questions du travail forcé et de la traite d’êtres humains et sur l’impact des conditions de travail et de vie des migrants sur leur santé.

Les activités principales incluent:

  • la constitution de deux entités consultatives et de suivi;
  • l’ examen des documents pour identifier les besoins et élaborer une stratégie;
  • la tenue d’un séminaire sur la violence sexiste et la vulnérabilité au VIH rassemblant les parties prenantes nationales pour renforcer les politiques et les réponses du gouvernement;
  • l’organisation d’un atelier de suivi pour prendre en compte la violence sexiste et la vulnérabilité au VIH des travailleurs migrants;
  • l’élaboration de directives et de modules de formation pour lutter contre la violence sexiste et le VIH;
  • le renforcement des capacités des représentants du gouvernement et de la société civile pour consolider l’élaboration et la mise en œuvre des politiques.